Légende de Noël

Les cloches de Saint-Jean

            

Il y a longtemps de cela, des pirates venant d’au-delà des mers, après avoir massacré les hommes, enlevé les femmes et les enfants et tout détruit sur leur passage, étaient arrivés en vue du petit village de Saint-Jean.
Alertés par le tocsin, les habitants,  de pauvres gens, abandonnant leurs cabanes pour s’enfuir dans la montagne, voulurent à tout prix sauver les cloches de l ‘église et tous les hommes, se relayant, se mirent en route.
Hélas, elles étaient trop lourdes et, exténués, la mort dans l’âme, ils allaient les abandonner au bord du chemin lorsque, apercevant dans les bois tout proches un gros rocher creusé d’une grotte profonde,  l’idée leur vint de les y cacher. Dans un dernier effort, ils les mirent à l’abri.
Après avoir incendié le village avec l’église, les pirates quittèrent les lieux. Quant aux habitants, réfugiés dans la montagne, ils commencèrent à construire de nouvelles cabanes autour d’une petite église.
La nuit de Noël venue, tout le monde assista à la messe mais la joie n’y était pas, au souvenir de leur village perdu ; or, quand arriva minuit, un événement extraordinaire se produisit, les entraînant tous vers la sortie où ils furent frappés de stupeur !
A travers toute la vallée, une sonnerie qu’ils connaissaient bien, s’était mise à retentir C’était les cloches de Saint-Jean, qui sonnaient à toute volée !
Depuis ce temps-là, dit-on, chaque nuit de Noël, leur joyeux carillon s’élève vers le ciel, venant de la grotte fréquentée par toutes sortes d’animaux.  

François Casanova. Texte publié le 24 décembre 1987